Le Zinc, un oligo-élément antioxydant très puissant

zinc
Le Zinc, un oligo-élément antioxydant très puissantSur le plan immunitaire, le zinc est à la fois anti-viral et pro-bactérien. Le Zinc est le moins bien assimilé par l’organisme et doit être apporté par l’alimentation. D’ailleurs, l’enrichissement de l’alimentation en Zinc, lorsqu’il est fait en parallèle avec une supplémentation en d’autres micronutriments, a un effet bénéfique sur la cognition.

Le Zinc est présent en très faible quantité dans l’organisme (environ 2,5g). Il est concentré dans le foie, les reins et l’encéphale, mais 90% est regroupé dans les os, le muscle, la peau, les cheveux et surtout la prostate et la choroïde.
Le Zinc est un élément indispensable aux activités enzymatiques intervenant dans la synthèse des acides nucléiques, ainsi que celle des protéines. C’est donc un élément clé au bon fonctionnement du programme génétique. En effet, en l’absence de Zinc, toute croissance cellulaire est arrêtée.

Le Zinc participe à de nombreuses fonctions dans l’organisme, comme par exemple :
- stimule le système immunitaire en augmentant le nombre de
lymphocytes T (globules blancs qui aident à combattre
l’infection) circulant dans le sang et en les activant ;
- est nécessaire à un développement normal du fœtus durant la
grossesse et une croissance normale pendant l’enfance et
l’adolescence ;
- agit sur la synthèse de l’insuline ;
- prévient les problèmes prostatiques ;
- permet une meilleure cicatrisation des plaies et des brûlures ;
- lutte contre les problèmes de peau : acné, psoriasis, herpès,
vergetures, … ;
- est nécessaire pour la préservation du goût et de l’odorat ;
- intervient dans la production de spermatozoïdes, sur leur
nombre mais aussi sur leur mobilité ;
- est essentiel à la multiplication cellulaire et à la synthèse
d’ADN ;
- aide à ralentir le vieillissement oculaire et celui de la peau ;
- est indispensable au développement et au bon fonctionnement
du système nerveux ;
- est indiqué en cas de fatigue, d’apathie et de convalescence.

Une déficience en Zinc entraîne donc :
- une diminution de l’immunité et par conséquent infections à
répétition ;
- une fatigue importante ;
- une perte du goût et de l’odorat, des troubles oculaires ;
- une perte d’appétit ;
- une perte de poids ;
- une sécheresse de la peau, chute de cheveux, pellicules, ongles
cassants et striés ;
- un retard dans la maturation sexuelle ;
- l’impuissance et la stérilité masculine ;
- de la diarrhée.

Une déficience en Zinc chez le fœtus et le nouveau-né est associée à un retard de croissance et à des anomalies squelettiques.

Un apport faible en Zinc est un facteur de risque d’asthme et d’hypersensibilité aux substances chimiques.